Les maladies des yeux les plus fréquentes

Sécheresse oculaire

La sécheresse oculaire est une affection fréquente, en particulier chez les personnes âgées. Elle peut être responsable de picotements, d’une sensation de sable dans les yeux, d’une sensation de brûlure et de troubles visuels (le plus souvent transitoires). La qualité de vie peut s’en trouver affectée, car les symptômes persistent souvent sur une longue durée. Il est fréquent qu’aucune cause ne parvienne à être identifiée. Le traitement se focalise dès lors avant tout sur le soulagement des symptômes. Il existe de nombreuses possibilités thérapeutiques, allant de simples mesures environnementales, en passant par l’hygiène des paupières, jusqu’aux collyres hydratants et autres médicaments. Dans des cas exceptionnels, le traitement passe même par des opérations.

Vous trouverez des informations supplémentaires ici.

Dégénérescence maculaire

La dégénérescence maculaire est une maladie qui touche la rétine et qui est le plus souvent liée au processus de vieillissement de l’œil. Cette pathologie peut entraîner une forte baisse de l’acuité visuelle si bien que lire devient impossible. Les patients se plaignent généralement d’une détérioration de l’acuité visuelle et de la perception de lignes déformées. Un examen précoce par l’ophtalmologue peut limiter les dommages et des mesures pourront alors être prises en temps utile afin de stabiliser voire d’améliorer la situation.

Pour plus d'informations, cliquez ici.

Glaucome

Le glaucome est une affection chronique incurable dans laquelle le nerf optique est endommagé. Le glaucome est l’une des premières causes de cécité chez les personnes de plus de 60 ans dans le monde mais aussi en Suisse. De manière générale, le glaucome peut toutefois toucher tout le monde, même les plus jeunes.

Un glaucome reste longtemps asymptomatique. Cette affection oculaire n’est bien souvent constatée que tardivement car la perte de vision centrale ne survient qu’à un stade avancé. La lésion du nerf optique et la perte de vision que cela entraîne sont malheureusement irréversibles. Seul un ophtalmologue est en mesure de procéder à des examens approfondis permettant d’exclure et de confirmer un glaucome ou d’évaluer correctement les facteurs de risque après un examen de dépistage. S’il est dépisté à un stade précoce, un glaucome peut être traité et stabilisé efficacement pendant plusieurs dizaines d’années et ainsi la cécité peut être évitée.

Vous pouvez trouver des informations détaillées ici.

Cataracte

La cataracte est une opacification du cristallin liée à l’âge. Le cristallin se situe derrière la pupille et permet la focalisation de la lumière entrante de manière à former une image nette sur la rétine. Normalement, lorsque l’on est jeune, il est translucide. Un début d’opacification intervient déjà dès 40 ans mais n’entraîne généralement aucune gêne. Lorsque l’opacification du cristallin croissante altère la vision, on parle de cataracte. Chez les personnes âgées, l’apparition de la cataracte est normale. Elle peut toutefois intervenir précocement, p. ex. en cas d’antécédents familiaux, de blessure oculaire, de traitement prolongé à base de cortisone ou de tabagisme.

Les premiers symptômes de la cataracte peuvent être une détérioration progressive de la vision, l’apparition d’un voile, l’éblouissement (notamment la nuit en voiture) ou des changements fréquents de lunettes. En règle générale, ces troubles augmentent de manière progressive. Il n’existe pas de médicaments agissant efficacement contre la cataracte. Si l’opacification du cristallin est gênante, il est au début parfois possible d’obtenir une amélioration temporaire en changeant de lunettes, mais le problème ne peut être définitivement résolu que par une chirurgie de la cataracte, à savoir en supprimant l’opacification.

De manière générale, c’est vous qui décidez si l’intervention est nécessaire en fonction de la gêne occasionnée au quotidien. Exception: pour la conduite de véhicules, des dispositions légales s’appliquent. Il arrive dans de rares cas qu’une opération de la cataracte soit indiquée pour des raisons médicales et ce malgré une acuité visuelle relativement bonne, p. ex. lorsque la pression intraoculaire augmente en raison de l’épaississement du cristallin.

Lors de l’opération de la cataracte, on pratique de petites incisions sur le bord de la cornée afin de retirer le cristallin opacifié et le remplacer par un cristallin artificiel. En règle générale, le cristallin est retiré par la technique dite de phacoémulsification. Cette méthode repose sur la fragmentation du noyau du cristallin par ultrasons et l’aspiration des fragments.

Cette intervention est considérée aujourd'hui comme très sûre. Le pronostic est excellent lorsqu’il n’existe pas d’autres maladies oculaires concomitantes pouvant entraîner une restriction de l’acuité visuelle. Le taux de complications passagères maîtrisables se situe au niveau d’un pourcentage à un chiffre, le taux d’altération visuelle non réversible se situe quant à lui au niveau des pro milles.

Il arrive que quelques mois à plusieurs dizaines d’années après l’intervention, une membrane se forme derrière l’implant en raison d’une prolifération de cellules épithéliales résiduelles du cristallin. C’est ce que l’on appelle une cataracte secondaire. Le patient constate alors de nouveau une détérioration de son acuité visuelle et un léger éblouissement. La cataracte secondaire peut être corrigée par une capsulotomie au laser YAG. Cette chirurgie peut être pratiquée en ambulatoire et n’est pas douloureuse.

Vous trouverez ici des informations sur l’opération de la cataracte et les cristallins artificiels.

Troubles visuels chez l’enfant et l’adolescent

Chez l’enfant, la vision peut être altérée pour différentes causes. Les troubles visuels les plus fréquents sont la myopie, l’hypermétropie, l’astigmatisme ainsi que le strabisme et l’amblyopie (œil «paresseux»).

Vous pouvez trouver des informations détaillées ici.

Prise de position de la Société Suisse d’Ophtalmologie (SSO) concernant la prévention et le traitement de la myopie à l’adolescence

Brochure pour les patients

Vous trouverez de plus amples informations sous Liens et Associations et Fondations.